Vers une nouvelle verticalité dans l’entreprise

Un nouveau paradigme pour nos organisations

Au sein de quelques entreprises, un nouveau monde pointe timidement le bout de son nez. Plus qu’un nouveau monde, un nouveau paradigme. Leurs organisations s’aplatissent, leurs structures s’arrondissent et leurs organigrammes s’éclaircissent. La pyramide managériale perd de la hauteur. Le nombre des strates décisionnelles se réduit. Les râteaux ont de moins en moins de dents, et les silos de plus en plus de fuites.

Ici et là, la « base » retrouve, lentement, toute sa légitimité à créer de la valeur pour l’ensemble de l’organisation. Les reportings de reportings ont même fini par lasser ceux qui les réclamaient à corps et surtout à cris. Les top-down et les bottom-up se sont fait dépasser par les réseaux d’interactions.

Les nouvelles approches lean et agiles exigent des boucles de réactivité en circuit court et rapide. La personnalisation de l’offre supplante la production en série. L’apprentissage est continuel et le formatage est rejeté. La diversité est source de richesse et la normalisation source de frustrations. L’adaptabilité et l’innovation reconfigurent la notion de productivité. La distance entre la décision et l’action tend à se réduire au point même de disparaître dans certains écosystèmes.

Si une certaine forme de pouvoir reste encore bien accrochée en haut, une autre forme de pouvoir émerge en bas. Un pouvoir plus près du terrain, des équipes et des clients. Un pouvoir d’autonomie, de créativité, de fierté et d’engagement. Un pouvoir qui donne un nouveau sens à l’action.

(suite…)

Jacques FRADIN

Conférence à l’espace Orange Campus place d’Arvieu à Marseille le jeudi 12 décembre 2018 à 18h30. Fondateur de l’Institut de Médecine Environnementale, initiateur de l’Approche Neurocognitive et Comportementale.

Docteur en Médecine, Psychothérapeute (ADELI) Comportementaliste et Cognitiviste (AFTCC), j’ai fondé en 1987 puis dirigé l’Institut de Médecine Environnementale. En Juillet 2016, cet institut devient le Fonds IME, organisme œuvrant pour l’intérêt général et dont j’assure désormais la Direction Scientifique. (suite…)

Mélanie ASTLES

Conférence le lundi 10 octobre 2018 à 18h30 au Golden Tulip Euromed Marseille

« Derrière un leader inspirant, il y a toujours une histoire personnelle et la capacité à être leader de sa propre vie. »
Une extra-terrestre

Mélanie Astles est quintuple championne de France de voltige aérienne et a fini plusieurs fois dans le top 10 du classement des championnats du Monde et d’Europe de voltige. Maintenant, en tant que pilote de la Challenger Cup, elle entre dans l’histoire comme la première femme à concourir dans la Red Bull Air Race.

Un parcours incroyable

L’histoire de Mélanie est celle d’une passion, de la persévérance et du franchissement des obstacles. Personne ne croyait qu’elle pouvait réaliser son rêve d’enfance de devenir une pilote quand elle a quitté le Lycée Albert 1er de Monaco à 18 ans pour entrer dans la vie active. Quand elle a pris un emploi dans une station d’essence à Roquebrune Cap Martin, le rêve semblait bien inaccessible. Mais grâce à son travail acharné, elle est passée de caissière à manager de plusieurs stations d’essence puis a économisé de l’argent pour payer des leçons de pilotage à 21 ans. Dès sa toute première année de compétition de voltige, elle a décroché une victoire à la Coupe de France dans la catégorie Espoir.

Des qualités exceptionnelles

Avec une progression constante, elle a gravi les catégories, remportant des championnats nationaux et sa place au sein de la prestigieuse équipe de France de Voltige Aérienne. En 2014, elle a terminé septième aux championnats du monde de voltige « advanced » et première au classement féminin. En 2015, elle a été classée 5ème meilleure pilote féminine dans le monde dans la plus haute catégorie – Unlimited – et a été membre de l’équipe française qui a remporté le titre mondial.

Pour la première fois en conférence à Marseille !

Retour vers le futur de l’entreprise

Oui, je suis allé dans le futur et j’en reviens tout juste ! Tel Marty McFly dans le film culte de Robert Zemeckis, j’ai vu le futur, ou plutôt j’ai vu l’entreprise du futur, qui avait choisi ce 18 janvier 2018 pour activer son convecteur temporel dans la capitale des Gaules.

Comment sera l’entreprise du futur ? A quoi ressemblera-t-elle ? Comment fonctionnera-t-elle ? Quelle sera son rôle dans le monde de demain ? C’est une question qui n’a jamais été autant d’actualité dans un présent en pleine mutation.

Demain n’existe pas encore, mais il laisse percevoir quelques signaux faibles à ceux qui aiment tendre leur curiosité vers lui. Sur de nouvelles pages banches, certains artistes du devenir, esquissent de grandes lignes à la courbure d’un temps futur.

Suite au congrès de l’entreprise du futur au quel j’ai eu la chance d’assister, j’ai pu constater une chose extrêmement nouvelle, celle de la convergence de ces grandes lignes de l’entreprise de demain. Cette année les principales orientations sont claires et surtout elles sont partagées de façon unanime par l’ensemble des acteurs. Je vous propose de vous raconter ce que j’ai vu et de vous dévoiler ces grandes lignes futuristes. (suite…)

Les 3 temps du leadership

Le leadership est devenu un véritable défi pour la performance et la pérennité de nos entreprises. Pourquoi ? Tout simplement par le fait qu’un nouveau management est en train de naître au beau milieu d’un champ de changements multiples. Changement de nos systèmes d’organisation, de nos moyens d’information, de connaissance et de communication. Changement de notre rapport au travail et des leviers de motivation. Changement des notions de pouvoir et d’autorité. Changement des critères de satisfaction au travail et des besoins d’équilibre personnel. Et surtout le changement de vouloir individuellement, dans notre vie privée comme dans notre vie professionnelle, rester maître de notre identité, de nos appartenances et de notre destin. (suite…)

Gérald KARSENTI

Retrouvez l’interview intégrale de Gérald Karsenti,

Parrain du Club du Leadership,

Directeur Général d’Oracle France et ancien Président d’Hewlett Packard Entreprise.

Auteur de plusieurs ouvrages sur le leadership, Gérald Karsenti, est une personne inspirante et modélisante pour les leaders de demain.

 

Leadership et humour : attention à la marche !

Le vrai leader est un communiquant. Il communique auprès de ses équipes, de son entreprise ou de son organisation. Il communique sur les valeurs, la vision, les résultats, les réussites et aussi les échecs. Sa parole est attendue et écoutée avec attention. Au-delà des aspects concrets, elle véhicule souvent des aspects émotionnels qui participent à la motivation et à l’engagement des collaborateurs. Le sérieux du discours s’impose par l’importance des sujets traités et aussi par l’image de crédibilité, d’exemplarité et d’autorité que le leader se doit de maintenir à un niveau élevé.

Ce sérieux, incontournable dans le contenu de sa communication, possède un revers, celui de l’éloignement affectif du leader avec ses équipes. Un vrai leader ressent très vite ce risque de distanciation dommageable, pour lui comme pour sa mission. Rester en lien, devient alors pour tout leader, l’aspect ambigu de sa communication. Comment parler de choses sérieuses, tout en restant proche, et en évitant de perdre ses équipes dans un flot d’informations ? (suite…)

Leadership : les histoires d’égo finissent mal, en général.

La notion d’égo, qui alimente de nombreux articles en psychologie ou philosophie, entretient un rapport très particulier avec la notion de leadership. Mais, il est vrai, nous avons tous un rapport très particulier avec notre égo. Et nous avons un rapport encore plus problématique avec celui des autres. Quelque soit notre personnalité, nous avons cette capacité extraordinaire à ne pas supporter un égo trop dimensionné chez l’autre, alors que pour soi-même, nous sommes souvent plus indulgents. Le sujet ici n’est cependant pas de parler de votre égo, ni du mien, mais plutôt de celui de ceux qui assument le rôle de leader au sein d’une équipe, d’un entreprise ou d’une organisation.

(suite…)

Science et conscience d’un leadership pour demain

En 1968, une tempête venait secouer notre société. Sur les murs de la Sorbonne, les manifestants écrivaient ce slogan devenu célèbre : « Cours camarade, le vieux monde est derrière toi ! »

Cette tempête, tout le monde la ressentait.

Certains s’y opposaient, d’autres s’en grisaient et quelques-uns en profitaient.

Personne ne pouvait ignorer cette force, ce mouvement inéluctable.

La révolte n’était pas de surface, l’exigence de changement venait de la profondeur des rêves de ceux qui criaient en bas.

Nos entreprises et nos organisations vivent aujourd’hui les dernières heures d’un management rejeté par la majorité de ceux qui le subissent et par un grand nombre de ceux qui l’imposent encore, par automatisme ou par mimétisme, mais avec de moins en moins de conviction. (suite…)

Dessine-moi un leader

C’était un mardi du mois de novembre. Il était 17 h. et je venais de terminer une séance de coaching d’équipe avec un comité de Direction d’une dizaine de personnes. Après 4 heures passées dans une salle surchauffée et à l’éclairage blafard, je ressortais épuisé. Dans le long couloir qui menait à la sortie de l’immeuble, de grands fauteuils me tendaient leurs coussins moelleux. Je décidai de me poser 5 minutes avant de prendre la route.

Ce comité de Direction était mal en point. Les tensions y étaient très fortes, les oppositions systématiques et les échanges très violents. Le DG était un homme d’une cinquantaine d’années, ancien ingénieur qui, par son expertise et ses compétences techniques, avait grimpé les échelons de la pyramide managériale. A coups de collier et à la force d’un caractère dominant, il était arrivé au sommet du pouvoir de son univers.

Mon intervention était complexe et délicate. Le degré de délitement de l’équipe était extrêmement fort. Sa reconstruction apparaissait comme mission impossible. La fatigue venant se poser sur moi, je décidai de fermer les yeux 5 minutes.

(suite…)